Laurie Hendren croyait qu’elle était destinée à une carrière en médecine. Après deux années d’études de premier cycle, elle a été acceptée à l’école de médecine de l’Université Queen’s. Sa participation à un cours d’informatique a toutefois changé le cours de sa vie.

« Ce fut le coup de foudre, affirme Prakash Panangaden, son mari depuis plus de 30 ans et membre du corps professoral de l’Université McGill. Laurie a plaisanté en disant qu’il était difficile d’entrer à l’école de médecine, mais encore plus d’en sortir. Avant qu’elle soit autorisée à céder sa place, on lui a demandé de rencontrer le doyen de la faculté de psychiatrie, qui a confirmé qu’elle était saine d’esprit. »

Forte d’une carrière résolument axée sur l’informatique, Mme Hendren a obtenu un baccalauréat et une maîtrise ès sciences à l’Université Queen’s avant de recevoir son doctorat de l’Université Cornell. Après ses études, elle a entrepris une brillante carrière à l’Université McGill.

Un parcours exceptionnel

Aux yeux de ses collègues et de ses amis, Mme Hendren était une chercheuse et une professeure de talent, ainsi qu’un modèle pour les femmes en informatique. Son influence dans le domaine a commencé alors qu’elle était encore étudiante. Dans le cadre de sa thèse de doctorat, elle a mis au point de nouvelles méthodes d’analyse des programmes permettant de détecter le crénelage et les interférences dans la manipulation des structures de données dynamiques utilisant des pointeurs. Après l’obtention de son diplôme, ses recherches ont porté sur l’analyse de programmes, les compilateurs-paralléliseurs, la programmation orientée aspect et les applications de l’analyse de programmes au génie logiciel.

« Grâce à ses recherches, elle a accompli tellement de choses, affirme M. Panangaden. La suite d’outils logiciels qu’elle a développée, appelée SOOT, est sans doute ce qui lui a permis le plus de rayonner. Ces outils avaient fait leurs preuves. Lorsque les gens apprenaient qu’elle travaillait à McGill, ils lui demandaient même si elle connaissait les concepteurs de SOOT. »

Mme Hendren a reçu des distinctions pour ses travaux tout au long de sa carrière. En 2009, elle a été élue Fellow de l’ACM. En 2011, elle a été titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les outils et les techniques de compilation. En 2012, elle a été élue membre au sein de l’Académie des sciences de la Société royale du Canada. Peu avant son décès, elle a reçu le prix Dahl-Nygaard, que son mari a accepté en son nom en 2019.

Des retombées durables pour les patients atteints du cancer

« Son parcours professionnel a comporté deux facettes, explique M. Panangaden. La première était assez technique et a donné lieu à des réalisations qui lui ont valu de nombreux éloges tout au long de sa vie. L’autre a été motivée par son cancer. Elle voulait corriger le système de santé. »

Mme Hendren était très fière de l’application OPAL qu’elle a développée au Centre universitaire de santé McGill.

« Pendant le traitement de son cancer, elle devait composer avec de longues périodes d’attente. Si on lui avait donné un rendez-vous à 9 h 30, on ne la recevait pas avant 13 h 15, et on lui expliquait que finalement, elle rencontrerait un remplaçant. Elle ne voulait pas se plaindre; elle voulait changer les choses. »

En collaboration avec son radio-oncologue, un physicien médical et une équipe d’étudiants, Mme Hendren a développé un portail en ligne qui permet aux patients de s’inscrire lorsqu’ils arrivent à l’hôpital et d’obtenir des mises à jour sur les temps d’attente. Le projet a ensuite pris de l’ampleur et permis aux patients d’utiliser l’application pour consulter les résultats de leurs analyses sanguines et obtenir des renseignements essentiels.

« Les efforts de Laurie ont porté des fruits et transformé le système afin que les patients puissent accéder facilement à leurs données sans avoir à attendre après le médecin. »

De nombreux prix, dont le Prix de cancérologie et le Prix d’excellence 2019 du ministère de la Santé et des Services sociaux, ont été décernés à Mme Hendren et à Opal. Aujourd’hui, plus de 600 patients atteints d’un cancer utilisent l’application, et on prévoit étendre le service à d’autres cliniques.

Famille, musique et hockey

Dans ses temps libres, Mme Hendren aimait profiter de la vie avec son mari et sa fille, Jane. Elle se passionnait pour la musique, le plein air et le hockey.

« Elle adorait le hockey, raconte M. Panangaden. Elle a même fondé une ligue féminine de hockey sur glace à Cornell. Composée d’étudiantes en informatique, l’équipe s’appelait “The Flying Diskettes”. Elle a aussi mis sur pied une ligue féminine à Montréal. »

Lorsqu’il est devenu difficile pour elle de pratiquer le hockey, elle s’est tournée vers la musique et jouait du basson et du saxophone baryton dans un groupe d’instrumentistes local. Née et élevée à Peterborough, en Ontario, Mme Hendren passait ses étés au chalet familial du lac Chandos où elle aimait nager et faire de la voile.

« Elle a appris la voile en lisant sur le sujet. Elle m’a ensuite montré comment faire et avait beaucoup de talent. Elle criait des instructions du quai et savait si bien expliquer les choses. »

L’enseignement était une seconde nature pour Mme Hendren. En 2006, elle a été lauréate du prix Leo Yaffe d’excellence en enseignement pour sa contribution à la Faculté des sciences.

« Elle était très engagée auprès de ses étudiants. Qu’il s’agisse d’étudiants de première année ou de doctorat, ils étaient importants pour elle. Lors de ses funérailles, des étudiants de premier cycle et des cycles supérieurs lui ont rendu hommage. »

Son mari se souvient aussi de sa joie de vivre et de l’influence qu’elle exerçait sur les personnes qui l’entouraient.

« Elle aimait les défis, dit-il. Elle ne laissait jamais rien la retenir. Elle savait ce qu’elle voulait et allait droit au but. Elle était aussi une ardente défenseure des droits des femmes. Aimante et joviale, elle était une grande amie pour beaucoup d’entre nous. Nous n’oublierons jamais son rire contagieux. »

NOUVELLES LIÉES

  • Hugh Williams

Hugh Williams

décembre 18th, 2020|Commentaires fermés sur Hugh Williams

Alors que Hugh Williams fait un retour sur sa carrière, il reconnaît qu’un grand nombre de personnes et de conversations l’ont aidé à établir et parfois à changer l’orientation de son parcours. « Plusieurs personnes [...]

  • Laurie Hendren

Laurie Hendren

novembre 26th, 2020|Commentaires fermés sur Laurie Hendren

Laurie Hendren croyait qu’elle était destinée à une carrière en médecine. Après deux années d’études de premier cycle, elle a été acceptée à l’école de médecine de l’Université Queen’s. Sa participation à un cours d’informatique [...]

  • W. Morven Gentleman

W. Morven Gentleman

septembre 1st, 2020|Commentaires fermés sur W. Morven Gentleman

Morven Gentleman Prix d’excellence pour l’ensemble des réalisations – décerné à titre posthume W. Morven Gentleman (1942-2018) a connu une longue et fructueuse carrière axée sur le calcul numérique et statistique en génie logiciel. Dans le cadre [...]

N’HÉSITEZ PAS À NOUS FAIRE PART DE VOS IDÉES

Vous avez une idée de nouvelle?
Parlez-nous-en!

COMMENT NOUS FAIRE PARVENIR UNE NOUVELLE